Une semaine sans pesticides, journée d’action le 27 mars 2013

Journée de mobilisation nationale de l’Union Nationale de l’Apiculture Française et de ses syndicats à Paris et auprès des Préfets de région, mais aussi en Mayenne...

Article mis en ligne le 25 mars 2013
par jmd
Imprimer cet article logo imprimer

Journée d’action, le mercredi 27 mars 2013,

Communiqué de presse de l’UNAF

  • à Paris, l’UNAF, Agir pour l’environnement et Générations Futures s’associent pour lancer un « Comité des élus pour les alternatives aux pesticides » à l’Assemblée Nationale ; · en région, les Présidents de syndicats apicoles régionaux et des délégations d’apiculteurs déposeront une requête aux Préfets de Région demandant au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes sur le territoire français quelle que soit la décision de l’Union Européenne ;
  • à Laval, entre 11h00 et 13h00, à la préfecture

L’UNAF demande à l’Etat français et en particulier, au Ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll d’interdire dès à présent les pesticides néonicotinoïdes (Cruiser, Gaucho, Cheyenne, etc.) reconnus toxiques pour les abeilles par l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Aujourd’hui, le ministère dispose de tous les éléments nécessaires pour agir.

Attendre plus longtemps serait inacceptable en raison des pertes d’abeilles engendré et irait à l’encontre des objectifs du plan de développement durable de l’apiculture qu’a présenté Stéphane Le Foll, le 8 février 2013.

L’UNAF demande en outre à l’Etat français et en particulier, au Ministre Stéphane Le Foll de tout faire pour convaincre les autres Etats de l’Union européenne d’adopter
l’interdiction au niveau européen proposée par la Commission Européenne à Bruxelles.

Le constat est implacable : les insecticides néonicotinoïdes mettent en danger le rôle irremplaçable des pollinisateurs, actuellement évalué à 21,8 milliards d’euro par an dans l’UE.

Depuis le milieu des années 90, les apiculteurs déplorent des taux de surmortalité
considérables. Chaque année, c’est en moyenne 30% du cheptel qui doit être renouvelé par notre filière, soit plus de 300 000 colonies. La production annuelle française de miel, elle, est passée de 32000 tonnes avant 1994 à 16000 tonnes en 2012.

puce Contact

RSS puce

2008-2017 © Abeilles mayennaises - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.67.3